L_art_d_accomoder_les_b_bs

Une petit trouvaille en passant au centre social à côté de chez moi. J'y dépose parfois le loup à la halte-garderie, et à l'entrée il y a un petit coin "échange de livres". On y prendre un livre en y laissant un autre. J'y ai découvert cet exemplaire de L'Art d'accommoder les bébés, édition de 1980. Cela devrait être l'occasion d'une lecture amusante et surprenante !

Quatrième de couverture
En 1946 : "Il est indispensable de régler l'horaire et la durée des tétées. Si bébé dort, réveillez-le à l'heure de son repas..."
Mais en 1975 : "L'horaire de sommeil est le meilleur guide pour fixer celui des repas, une des erreurs les plus communes est de réveiller l'enfant au plus profond de son sommeil."
En 1952 : "Mamans, vous devez toujours allaiter au sein, sauf en cas de maladie grave."
Mais en 1978 : "La manière de donner vaut toujours autant que ce que l'on donne et vous n'avez aucune raison de vous le reprocher si vous ne voulez pas ou ne pouvez pas nourrie votre enfant."
Si d'aventure - comme ce fut notre cas -,, on a procréé à une décennie d'intervalle, on s'aperçoit que peu d'expériences (celles de la grossesse, de l'accouchement et du maternage) se heurtent à de telles tyrannies : les spécialistes, sans crainte de se contredire, tentent d'imposer leur vue du monde au moyen de conseils prétendus pratiques.
Que signifient ces revirements à propos de l'allaitement, de l'habillement, de la sucette, de la présence de la mère, du père (de son absence plutôt), du rôle enfin du puériculteur ?
Pour en savoir davantage, nous avons chaussé nos lunettes professionnelles : celles de la psychanalyste et celles de l'ethnologue.
Conclusion : la puériculture, ce n'est pas ce que vous croyez !


A la seule lecture de la quatrième, je me revois à la maternité avec cette toute petite chose qu'était la belette à côté de moi et m'interrogeant sur que faire et comment le faire... trois avis contradictoires en deux jours à chaque changement de garde...

Et si cela vous intéresse, une nouvelle édition est disponible chez Odile Jacob.